Lyvely Aziz Kaffel Zeyna
Au masculinMode

Interview d’Aziz Kaffel, créateur de la marque de streetwear LYVELY

#

Passionné de mode et de style depuis son jeune âge, le jeune tunisien Aziz Kaffel s’est établi aux USA où il a pu créer sa propre marque de vêtements : LYVELY.

LYVELY est une marque qui s’inscrit dans une mouvance à la fois streetwear et sportswear. De quoi conserver une allure à la pointe du look.

Lyvely Aziz Kaffel Zeyna

Aziz Kaffel, son créateur, s’est frayé petit à petit un chemin respectable dans l’industrie de la mode. Il nous ouvre ses portes pour découvrir l’univers Lyvely. Interview.

Pouvez-vous nous dire comment vous est venue l’idée d’appeler votre marque LYVELY ?

Au tout début du projet, LYVELY n’était pas le nom de la marque. Ce n’est qu’après quelques mois que j’ai ressenti le besoin de changer le nom ; il fallait communiquer plus d’émotions.

Après quelques recherches, une inspiration particulière s’est emparée de moi pour “lively” qui, en anglais, est un adjectif qui caractérise les personnes pleines de vie, d’entrain et de couleurs.

Il m’a fallu juste un petit arrangement de lettres pour adopter LYVELY, devenue alors la marque pour ceux qui rêvent et qui travaillent pour créer leur propre succès, pour tous ceux qui veulent changer le monde et qui aiment le goût de l’aventure.

 

Vous avez fait des études de droit, ensuite un Bachelor en commerce et administration aux USA, comment avez-vous eu l’idée de créer une marque de vêtements ? Etiez-vous toujours intéressé par la mode ?

J’ai toujours été passionné par la mode. Depuis tout jeune, j’ai commencé à chercher mon propre style, et je me suis réinventé au fil des ans. Je me rappelle avoir passé des heures dans des boutiques de vêtements pour hommes, juste pour regarder et toucher les produits, sans nécessairement acheter.

Quand je suis arrivé aux États-Unis, je savais que je voulais créer mon entreprise mais je n’imaginais pas que j’allais lancer une marque de vêtements. C’est seulement suite à des compliments d’une amie sur mon style vestimentaire que l’idée de créer des T-shirts et les vendre m’est venue. J’ai cru en moi et je me suis lancé.

 

Pourquoi avez-vous choisi de cibler une clientèle de 18-34 ans ?

Parce que c’est la cible qui me représente le plus. Étant le visage de la marque, j’avais besoin d’avoir une connexion avec ma cible. En plus de cela, le streetwear est plus porté par les jeunes de 18 à 34 ans. Je voulais enfin représenter la nouvelle génération, ma génération, qui a énormément à offrir et qui veut vraiment créer un impact.

 

Lyvely Aziz Kaffel Zeyna

Lyvely Aziz Kaffel Zeyna

 

 

 

 

 

 

 

Pouvez-vous nous parler du positionnement de votre marque ?

Aujourd’hui, LYVELY reste une start-up. Nous travaillons quotidiennement pour affirmer notre place sur le marché. Nous tenons à proposer des produits et des idées différentes, et ne pas tomber dans la compétition.

 

 

Nous avançons donc doucement, tout en essayant de mettre nos produits entre les bonnes mains afin de pouvoir attirer une clientèle plus large, et toucher donc plus de monde.

LYVELY a beaucoup de potentiel. Mais il faut avancer intelligemment pour ne pas brûler les étapes. En effet, une entreprise prend des années avant de pouvoir confirmer son positionnement, et cela est d’autant plus vrai dans l’industrie de la mode.

Quelles sont les valeurs universelles que vous voudriez transmettre à travers LYVELY, aux jeunes particulièrement?

Les valeurs que l’on veut transmettre à travers LYVELY sont nombreuses. Les plus importantes sont la créativité, la liberté, l’inspiration, et surtout l’amour de la vie et le partage. Avec LYVELY, on veut inspirer les hommes et leur faire croire en leur potentiel, à s’exprimer à travers nos vêtements, pour que tous ensemble nous puissions construire un monde meilleur et contribuer au succès des générations futures.

 

Lyvely Aziz Kaffel Zeyna

 

Envisagez-vous de créer des vêtements féminins ?

Oui, absolument ! Mais cela viendra certainement plus tard, après que la marque se sera bien établie auprès des hommes, et devient une référence. Pour l’instant je prends mon temps, sachant que les femmes peuvent toujours porter un de nos T-shirts ou autres accessoires. C’est l’avantage d’être dans l’industrie du streetwear.

Enfin, en business, il est très important de savoir quand s’étendre vers un nouveau marché. Le timing est une clé de la réussite dans les affaires.

 

LYVELY, c’est une marque qui a cartonné en quelques mois, vous attendiez-vous à ce succès subit ?

En toute honnêteté, je ne m’attendais pas à un tel succès. Mais en tant que fondateur, je garde une vision très définie pour LYVELY. Je pense que notre succès initial est aussi dû à l’effet de nouveauté quand une marque entre dans l’industrie.

Lyvely Aziz Kaffel Zeyna

Le plus important aujourd’hui est de continuer à développer la marque et à pouvoir la placer dans des boutiques à travers les États-Unis, et même aussi à l’international. Nous avons encore beaucoup de choses à accomplir et nous espérons pouvoir toucher le plus de monde avec LYVELY.

 

 

Lyvely Aziz Kaffel Zeyna

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il semblerait que votre ambition est de développer la marque en Tunisie et de vous investir dans l’associatif dans le but d’aider le pays. Qu’en est-il au juste ?

Je n’oublie jamais mes racines, et je veux apporter à la Tunisie autant que je puisse, soit avec LYVELY ou tout autre projet que j’entreprendrai dans le futur.

Pour l’instant, on travaille pour établir solidement la marque aux États-Unis. Dans le futur, je veux développer et investir en Tunisie. Créer des produits et des collections avec l’aide de collaborateurs en Tunisie, et travailler à exporter dans différentes régions du monde afin d’aider l’économie et créer une dynamique de travail.

Quant à l’associatif, c’est quelque chose qui me tient à cœur personnellement. Je me considère comme étant très chanceux d’être né dans ce beau pays, et dans une famille extraordinaire. Par ailleurs, il y a quelques semaines seulement, j’ai eu l’opportunité de fonder avec quelques membres de ma famille une fondation, qu’on a baptisée “KELMA”, qui signifie “parole donnée”. Et nous allons travailler pour aider autant que faire se peut des causes. J’espère pouvoir en parler plus dans le futur.

Propos recueillis par Imen Touir